Récompense chien

La récompense chez le chien

Vous avez certainement remarqué que la récompense est très souvent mal vue et associée à une vision de l’éducation trop laxiste. La récompense joue pourtant un rôle primordial dans l’éducation d’un chien. Avant de parler de motivation chez le chien, il faut comprendre les mécanismes derrière le système de récompense. Dans cet article, nous aborderons l’aspect cognitif et émotionnel de la récompense.

Qu’est-ce qu’une récompense concrètement ?

Une récompense n’est pas forcément une friandise, c’est plus largement un stimulus positif qui vise à motiver un chien à adopter un comportement, mais aussi à le conserver dans le temps. Contrairement à ce qui est souvent fait, la récompense ne doit pas intervenir uniquement à l’apprentissage, mais tout au long de la vie du chien.

Ce stimulus peut-être de plusieurs natures :

  • un stimulus inconditionné : c’est un stimulus qui n’a pas nécessité de conditionnement, comme de la nourriture. L’odeur est inconditionnellement liée à quelque chose de positif (tous les chiens apprécient l’odeur d’une friandise) ;
  • un stimulus conditionné : c’est l’exemple type du chien de pavlov où l’on associe un stimulus positif (un repas) à un stimulus neutre (un bip sonore). Dans ce cas, le stimulus positif peut devenir le bip sonore seul.

Ainsi, la récompense par un stimulus inconditionné peut avoir autant de valeur qu’un stimulus conditionné et activer les mêmes zones de plaisir chez le chien. C’est pourquoi, vous pouvez voir votre chien trépigner et saliver au simple bruit des croquettes ou lorsqu’il entend parler d’une promenade.

Le processus cognitif de la récompense

La majorité des maîtres pensent à tort qu’il n’existe qu’un processus cognitif dans le système de récompense c’est-à-dire que le chien adopterait ou exécuterait un comportement en sachant qu’une récompense est à la clé. Or, le fait que l’animal ait conscience de la récompense ne détermine en rien son comportement.

Le processus est donc plus complexe et fait entrer en jeu :

  • une représentation cognitive de ce comportement ;
  • une représentation sensorielle ;
  • une réponse émotionnelle.

Le processus émotionnel

L’émotion joue un rôle plus important dans le système de récompense chez le chien. En effet, elle se situe en amont du processus cognitif. En d’autres mots, le chien va d’abord avoir une réponse émotionnelle à une situation qui lui dira s’il faut qu’il agisse ou non. C’est ce processus qui déclenche la fuite ou l’action face à une situation.

Ce n’est pas tout ! La réponse émotionnelle intervient aussi après le comportement. C’est ainsi que le chien aura une émotion positive en cas de réussite ou négative s’il échoue. C’est sur cette réponse émotionnelle que le système de récompense et l’éducation vont jouer.

Ainsi, si on veut un chien équilibré, il faut savoir récompenser les bons comportements et ignorer les mauvais comportements. Punir un mauvais comportement a un fort impact émotionnel chez un chien, pouvant bouleverser son processus émotionnel en amont d’une situation comme en aval. C’est pour la même raison qu’il faut respecter les capacités de son chien à apprendre un nouveau comportement pour éviter le sentiment d’échec à répétition et une baisse de la motivation.