Comportement et apprentissage

Comportement et apprentissage

Selon une croyance populaire, le chien serait un animal dénué de pensée. Il ne ferait, ainsi, que se comporter d’une certaine façon en réponse à des stimuli, à l’instar du fameux chien de Pavlov qui salive lorsqu’il entend le tintement d’une clochette – bruit qu’il a assimilé à la présence de nourriture. Le chien, ainsi, serait une sorte de robot. Une autre croyance, à l’inverse, prête au chien une conscience qui n’envie rien à celle de l’homme. Alors, que penser ? D’où vient le comportement de cet animal ? Le chien est-il un robot ou un être vivant doué d’une conscience supérieure ?

Différents facteurs expliquent le comportement du chien

Entre l’inné et l’acquis, il est parfois difficile de faire la part des choses. Ainsi, tel comportement est-il le résultat de l’hérédité, ou bien le chien l’a t-il appris durant sa vie ? Il s’avère qu’il existe, pour tout comportement, une part d’inné et une part d’acquis. L’instinct, une notion qui est souvent galvaudée, existe bel et bien, et certains comportements, comme celui de tenter de creuser le sol chez les chiens de terrier, sont purement instinctifs. Ils sont donc le fruit de plusieurs générations d’individus canins qui agissent ainsi. L’environnement dans lequel a grandi le chien est également à prendre en compte. Un environnement qui ne serait pas sécurisé, notamment lors des premières années de vie du chiot, peut donc renforcer certains comportements indésirables.

Comportements indésirables qu’il est alors possible d’enrayer en socialisant le chien dès son plus jeune âge. Il est, de plus, indispensable de l’éduquer, afin d’en faire un être bien dans ses pattes et sûr de lui. En somme, un chien qui est bien équilibré psychologiquement aura un comportement adapté.

L’importance, pour l’éducateur canin, de bien connaître le comportement du chien

Connaître et comprendre le comportement canin s’avère primordial pour l’éducateur et pour le formateur. Il est en effet très important, lorsqu’un mauvais comportement survient, de pouvoir en déceler l’origine. Ainsi, est-ce le chien qui, de lui-même, montre un comportement inadapté, ou bien le maître est-il en cause ? Il ne faut pas oublier, en effet, que nombre de comportements inappropriés viennent non pas du chien mais de son propriétaire, même si c’est purement involontaire.

Des études stipulent que le comportement canin serait régi par 80% d’inné et par 20% d’acquis. Il est donc indispensable de pouvoir intervenir sur ce pourcentage relativement faible.

De plus, il ne faut pas oublier que, même au sein d’une même race, chaque chien est différent. Ainsi, une méthode comportementale qui fonctionne sur un individu ne fonctionnera pas forcément sur un autre. Enfin, il est vrai que certains maîtres ressentent une forme de honte lorsqu’ils ne parviennent pas, ou plus, à interagir avec leur animal. Rappelons cependant que tout le monde, avant de connaître quelque-chose, se révèle ignorant, et qu’il n’y a aucune honte à vouloir enrichir ses connaissances, notamment lorsque c’est dans le but du bien-être de son animal. Il ne faut donc jamais avoir honte d’apprendre: au contraire, l’apprentissage est une force !

Leave a Comment!