Achat du chiot et conditions d’élevage

Achat du chiot et conditions d’élevage

Si vous désirez acheter un chiot de nos jours, vous allez avoir plusieurs options : vous pouvez choisir votre chiot chez un particulier, ou bien au sein d’un élevage occasionnel, voire amateur ou encore professionnel, vous devrez alors vous renseigner auparavant sur les conditions d’élevage. Aussi, faites attention quand vous regardez dans des animaleries spécialisées, ou dans des jardineries spécialisées qui ont une traçabilité des conditions d’élevage du chiot presque inexistante.

Le chien, animal de compagnie préféré des français

Vous trouverez en France de nombreux établissements qui proposent des ventes mais aussi de l’élevage de chiens. Vous pourrez ainsi en trouver plus de 8 000. Une enquête réalisée en 2005, nommée SOFRES, montre le taux de satisfaction de chaque client :

  • 48% représente les éleveurs occasionnels ;
  • 24 % désigne les élevages d’éleveurs soit professionnel soit amateur ;
  • 8 % représente les animaux présents dans les refuges ;
  • 5 % désigne les chiots nés dans les foyers ;
  • 5 % désigne ceux issus d’achats dans des animaleries ;
  • 4 % représente tous ceux trouvés ;
  • et enfin, 6 % représente ceux provenant d’autres moyens de ventes.

Un point important concerne les Foires qui chaque année font évoluer les statistiques d’achat des chiots. On parle dans ce domaine d’achat émotionnel.

Une autre enquête menée par FACCO/TNS SOFRES en 2004 recensait en France à peu près 8 millions de chiens. La France se trouve sur le podium par rapport au reste de l’Europe. Le taux de demande reste en dessous du nombre de naissance. Le nombre de chiens qui naissent chaque année est noté dans le LOF (Livre des Origines Françaises). Par contre, le nombre de naissance reste, comparé à l’Europe, en dessous de la moyenne.

Une moyenne a été réalisée concernant 100 chiens abandonnés. 60 d’entre eux le sont par rapport à leur comportement que les propriétaires ne supportent plus. Y compris pour les euthanasies. La moitié le sont car les propriétaires n’ont pas imaginé qu’ils puissent changer de caractère. L’achat d’un chiot doit se faire également en imaginant comment il sera plus tard.

Parlons un moment de l’incidence sur les conditions d’élevage

Beaucoup de comportements chez le chien sont encore inconnus des spécialistes. Pour essayer de mieux comprendre, regardons l’expérience sur Vastrade 1987. Beaucoup de vendeurs malheureusement n’attendent pas la fin de la période de sevrage et vendent les chiots beaucoup trop tôt. Les conditions de développement sont nécessaires afin qu’ils acquièrent tout le développement nécessaire sans trouble du comportement. L’élevage devrait se dérouler jusqu’à la 12ème semaine. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre vétérinaire pour trouver les meilleurs conseils, et les plus adaptés.

L’environnement est aussi un domaine particulier. Le système de compréhension des caractères canins anglo-saxons présente une approche plutôt modifiée à cause de son entourage proche, et que les comportements en regard du cerveau ne peuvent pas être analysés au plus juste. Ils présentent les troubles du comportement comme des symptômes isolés. La pensée de l’école latine est comme celle-ci, découper chaque processus en pathologie ainsi analysable. L’objectif visé est de pouvoir ainsi prévenir, anticiper le moindre problème. Plus votre chien va grandir, et si le problème n’est pas anticipé bien avant, cela risque d’avoir des incidences sur les futures relations chien propriétaire. Il faudra penser aux traitements qui sont parfois longs, très fastidieux, et en plus délicats pour organiser.

Notre objectif va être de dépister précocement chez le chiot afin de prendre les mesures nécessaires à une bonne santé de l’animal, et qu’il soit en harmonie avec son futur propriétaire. Vous ne devez pas oublier que le vétérinaire n’est pas là pour jouer les psychologues canins, mais pour soigner les animaux.

Tout dépend de l’influence de l’élevage qui va jouer sur le cerveau du chiot.

Voici en quelques étapes le développement de ce chiot, nommé Muller 2000

Nous vous apportons à présent le cas du chiot nommé Muller 2000 :

  • de la conception jusqu’à la fin de la 2ème semaine, la croissance et l’augmentation des neurones est très importante;
  • de la 2ème semaine jusqu’à la fin de la 4ème semaine, l’augmentation du nombre de synapses présents dans le cerveau du chiot se renforce considérablement ;
  • de la 4ème semaine jusqu’à la 12ème semaine, le circuit synaptique se met en place ;
  • et enfin, de la 12ème semaine jusqu’à la puberté, le chiot va se faire un mélange de tout ce qu’il aura appris pour se faire une représentation de la vie.

Parlons également de la familiarisation

Un des buts visés par la familiarisation est d’anticiper les troubles du comportement chez le chiot.

Une étude, nommée Pageat 1998, a montré que pour se socialiser correctement, le chiot a besoin de la période comprise entre la 3ème et la 7ème semaine.

Le période comprise entre la 3ème jusqu’à la 5ème va permettre au chiot de démontrer sa curiosité. Tout autour de lui est nouveau, et cela l’attire. Cette période va l’aider à interagir avec les éléments de son nouvel environnement.

Puis, nous arrivons à la 5ème semaine. Le chiot apprend à ne pas aimer certaines choses. La curiosité, quant à elle, décroît fortement.

Par contre, après la 12ème semaine, votre chiot aura plus de mal à se socialiser si ce travail de socialisation n’est pas réalisé auparavant. Le rôle de l’éleveur est donc très complet. Il doit faire en sorte d’apporter chaque semaine au chiot un besoin particulier.

L’apprentissage chez le chiot doit être stable, et ce déjà aux alentours de la huitième semaine. Malheureusement de nombreuses expériences traumatisantes, comme le fait d’aller chez le vétérinaire, peut l’amener à avoir un trouble du comportement ce qui va entrainer des complications pour les maitres qui vont donner leur chien selon le site Chiensadonner.com.

Voici la triste réalité

Le premier rendez-vous chez le vétérinaire est toujours l’objet de craintes, voire même de phobies. Malgré tout, le vétérinaire restera votre soutien et votre aide pour vous apporter les conseils les plus adaptés pour votre chien. Mais bien entendu, la route pour éduquer votre chiot est très longue et sera sans doute parsemée d’embûches. Surtout si vous êtes amateurs, que vous n’ayez jamais élevé de chiots avant, ou que le chiot ait souffert de mauvaises conditions d’élevage…