Les races de chien ne sont que des marchandises

Le besoin de classer semble être un caractère inhérent à l'espèce humaine. Les races de chiens n'y échappent pas. Les envies humaines sont illimitées car notamment liées au fonctionnement de la société, tandis que les besoins humains sont quantifiables et limités. Comment créer des besoins chez l'homme dans le choix de sa race de chiens. En lui proposant de le choisir sur le catalogue, bien sur !

Il existe beaucoup de synonymes pour désigner un classement : typologie, indexation, rangement, hiérarchie, catalogue, classification. De même que les mots désignant les éléments d'un classement : critère, classe, catégorie, groupe, espèce, famille, genre... Dans le cadre du chien, l'homme s'évertue à essayer de classer celui-ci selon certains critères comportementaux plus ou moins totalement subjectifs.

L'on voit fleurir des critères divers qui devraient déprendre du type de la race. Ces classifications ne peuvent et ne sont que des grandes lignes. Choisir un chien selon ces critères est totalement effrayant car il s'agirait de choisir un être vivant selon des notions humaines qui se rapprocheraient de l'eugénisme (contrôle de la reproduction humaine afin d'améliorer les qualités des individus ou de l'espèce) ou de choisir un être vivant dans un catalogue selon des caractéristiques préprogrammées.

C'est pourtant malheureusement ce qui se pratique de plus en plus. Combien de propriétaires de chiens se trouvent désemparer voir carrément déçus en découvrant petit à petit la différence de tempérament entre leur chien avec qui ils ont décidé de partager leur vie et la race sur laquelle ils avaient pourtant pris le temps de se « renseigner ». Un bien grand mot en soi quand on voit les critères selon lesquels internet conseille ces nouveaux propriétaires.

Quelques exemples de critères de choix totalement subjectifs qui sont donnés sur les sites les plus connus à des personnes qui n'ont aucune idée de ce qu'est un chien ou ce que cela représente:

  • Tolérance de la solitude : totalement aléatoire et dépend de l'apprentissage
  • Sociabilité : Dépend de la sociabilisation
  • Intelligent : Subjectif et anthropomorphique à souhait
  • Docile : Subjectif et anthropomorphique à souhait
  • Fugueur : Ils peuvent tous l'être, car la fugue n'existe pas. C'est un juste retour à la liberté.
  • Gentil avec enfant : Dépend de la sociabilisation
  • Entente avec animaux : Dépend de la sociabilisation
  • Facilité à le faire voyager : totalement aléatoire et dépend de la sociabilisation
  • Originalité : là, on touche les tréfonds de la mercantilisation du chien
  • Hyperactif, nerveux à la maison : Hyperactif : Tendance pathologique à ne pouvoir s'arrêter de bouger et est souvent liée à des difficultés de concentration. Il y a de quoi se poser des questions en effet.
  • Propre à la maison : Un chien qui né avec cette caractéristique est déjà bénit des dieux du monde des humains. Totalement aléatoire et dépend de l'apprentissage
  • Vorace avec la nourriture : totalement aléatoire
  • Affectueux en famille : Tendre, doux, encore heureux.
  • ...      

Bref, le chien marchandise est à vendre, allons y gaiement.
 
Il reste malgré tout la question de l'utilité de la classification par critères de tempérament. Comment faire pour pouvoir choisir un compagnon sur catalogue selon des critères de comportements aléatoires, alors que le premier critère d'absolument tout être humain inhérent à notre volonté, c'est l'aspect esthétique ?

Notre pensée nous apprend qu'il est nécessaire de classer les informations qui nous parviennent pour pouvoir les manipuler et ainsi tenter de prévoir l'avenir des comportements de ce chien. Mais la taille, le poids la longueur des poils et tous les autres aspects usuels seront indubitablement la priorité. Un exemple type est le Jack Russel qui par sa petite taille et sa jolie frimousse, en a fait craquer plus d'un(e). Nous sommes des animaux visuels en tant que tel. Sauf que bon nombre de propriétaires se sont aperçus rapidement du fort tempérament et de la trempe de ce type de chien.

 Il est malgré tout indispensable de sélectionner et de hiérarchiser pour pouvoir prendre une décision. En effet, notre cerveau simplifie nos perceptions de l'environnement ou les réflexions de notre pensée en regroupant par similitudes les objets ou les concepts de notre quotidien. Dans le choix d'un chien, l'aspect visuel prend le dessus et influence nos choix. C'est pourquoi les classements par critères de tempérament nous donnent donc une impression de représentation simplifiée et ordonnée de tout domaine de connaissances. Sauf qu'uniquement les bons conseils de ce qui pratique les chiens de la meilleure façon qu'il soit et depuis longtemps se vérifieront  par la suite.

Ce qui vient ensuite à choisir le point de vue de celui ou celle envers qui le conseil va être recueilli en rapport avec l'objectif. Un classement des personnalités des races de chiens sera forcément différent suivant qu'il sera émis par un éleveur, un éducateur ou un bénévole d'un refuge. Le premier sera centré sur la race de chiens qui le passionne, le second sur les troubles de comportement ou la facilité à éduquer et le troisième sur la misère animale de se retrouver enfermée que l'on soit un beagle ou un labrador.

Dans tous les cas il faut prendre son temps (en mois ou en année, pourquoi pas), multiplier les avis, rencontrer, voir évoluer le type de chien que l'on veut choisir. Et pas le jour ou l'on vient chercher son chiot, car c'est un jour ou psychologiquement tous propriétaires arrive en position de faiblesse et en terrain inconnu.

Le chien est-il une race de marchandise pour vous ?

Quelques pépites qui pourraient faire sourire, mais pas tant que cela, tout en sachant que certaines personnes vont prendre cela pour parole d'évangile, car ce site internet est en première page et s'affiche dans les premiers résultats.
Berger Allemand: Il a besoin de contact humain et ne supporte pas d'être laissé seul pour de longues périodes. Ah bon, ce qui voudrait dire que les autres races de chiens ne serait pas dans le même cas de figure.
Beagle: Pacifique et très obéissant, il se dresse sans problème. Celui où celle qui a écrit cela, n'a pas dû en pratiquer beaucoup.

  • Bobtail: Ils préfèrent nous faire rire que d'écouter au premier commandement. Dramatique... Une race de chiens qui a de l'humour ? On aura tout vu.
  • Shetland: Marche régulière recommandée. Ah ! C'est écrit dans la notice, sans cela la garantie constructreur n'est pas valable.
  • Bouvier Bernois: Il ne supporte pas d'être laissé seul pendant des heures. N'importe quel chien apprend ou pas à supporter plus ou moins d'être laissé seul.
  • Briard: ce n'est pas un chien d'extérieur. Sauf que pendant de nombreuses années, le Briard, chien rustique a effectué son travail de chien de berger avec de nombreux propriétaires qui ne leur accordaient pas de soins particuliers, tant au niveau entretient, que nourriture.
  • Dogue de Bordeaux: C'est un chien intelligent mais à un caractère très fort et têtu. Définition de têtu: Obstiné, qui est excessivement attaché à ses opinions. Cela peut quand même prêter à sourire, car s'il y a bien un terme à ne pas utiliser pour définir le tempérament d'un chien, c'est bien celui-là. Car tous les propriétaires, toutes races confondues décrivent à un moment ou à un autre leur chien avec ce terme anthropomorphique.
  • Berger Australien: Il n'aime pas rester des journées entières enfermées dans un appartement et préfère la compagnie plutôt que la solitude. Ah bon ! Le chien n'est pas un animal solitaire .
  • Aidi: Il est plutôt facile à dresser. Le meilleur pour la fin ! Chien de berger originaire d'Afrique du Nord quasiment endémique à ces contrées dont il n'y en avait qu'environ 350 en 2008 en France. Comment déterminer et affirmer ce type de critère sans plus de recul...

Conclusion

 

Si l'homme a façonné le chien à partir d'un canidé sauvage dont on ne peut prétendre l'origine c'est tout d'abord pour s'en faire un compagnon, dans une utilité. La compagnie, la chasse, la garde... le chien s'est toujours tenus au côté de son humain avec une infinie patience et une empathie non méritée. De nos jours, les chiens sont majorité destiné à combler notre solitude, nous apportant leur confiance aveugle. Aveuglé par cette société mercantile et de sur consommation, nous l'avons transformée en une marchandise de consommation courante, avec des soi disantes caractéristiques issues uniquement et exclusivement de la consanguinité.


Comment punir un chien ? Punir intelligemment son chien ?
Dressage de chien, la soumission imaginaire
Collier à pointes chien


Thèmes

dresseur la rochelle