Le chien et l'histoire

 L'histoire du chien plus vieil ami de l'homme

Des paléontologues travaillant en République tchèque ont découvert ce qui semble être des preuves de la domestication des chiens, d'une période beaucoup plus tôt que ce qui avait été précédemment pensé.

Ils ont découvert les restes de trois chiens de la période paléolithique, dont l'un avait été enterré avec un grand os dans sa gueule. Le paléolithique est l'une des plus grandes périodes de la préhistoire. Il commence il y a 3 millions d'années lorsque les premiers hommes apparaissent et travaillent la pierre pour en faire des outils.

Cette période est divisée chronologiquement en trois périodes : le paléolithique inférieur, moyen et supérieur. Toutefois ces séparations sont générales et ne sont pas identiques dans toutes les régions du monde. Par ailleurs, le passage d'une culture à l'autre n'est pas brutal et sur certains sites plusieurs cultures différentes ont été présentes au même moment. Même si les cultures se succèdent et parfois se chevauchent la présence et la domestication du chien semble se préciser sur tous les continents plus tôt que cela n'avait été évaluer jusqu'à présent. Et pas des milliers d'années plus tard comme le monde scientifique se l'imaginaient.

Parce que les restes trouvés ne correspondent pas à la description physique des loups, les paléontologues pensent qu'ils doivent être des chiens. Principalement à cause de la forme de la tête courte avec un museau également court et une boîte crânienne large.


D'après les fouilles les paléontologues on peut déduire qu'ils étaient assez grands. D'une taille de 60 cm au garrot et pesant environ 35 kg. La partie vraiment intéressante de la découverte, est le grand os dans la bouche de l'un des chiens. L'équipe pense que cet os est probablement issu d'un rhinocéros, d'un bison ou même d'un mammouth. Le fait qu'il a été clairement placée dans la bouche du chien après la mort indique que l'être humain a participé à l'enterrement. Aucun autre animal n'a connu telle symbolique et il faudrait un énorme concours de circonstances pour que cet os puisse être placer à cet endroit-là précisément, dans d'autres circonstances que par un geste humain.

Les crânes montrent également des signes de perforations de la boîte crânienne, pour l'élimination du cerveau. Un autre acte spécifiquement humain. Si d'autres animaux avaient eu envie de manger le cerveau, ils auraient dû le briser ou le fendre. L'homme, d'autre part, ne l'aurait probablement pas fait à des fins de consommation car il avait à sa disposition de bien meilleurs choix de viandes autour, mais plutôt à des fins spirituelles. Ce qui indique un certain degré de liens affectifs avec l'animal défunt.

Contrairement à l'idée reçue que le chien a été utilisé en majeur parti pour la chasse, les paléontologues rajoutent l'hypothèse selon laquelle le chiens étaient utilisés par les premiers humains pour le transport, tels que les carcasses d'animaux de grande taille ou des matériaux pour construire des abris. L'équipe de recherche estime que les chiens qu'ils ont trouvés avaient entre quatre et huit ans au moment du décès.


Choisir son chien...conscient ou inconscient ?
Les gestes contradictoires envers le chien
Agility à Ciré d’Aunis ?


Thèmes

dressage de chien rochefort/mer