Collier à pointes : accessoire de maltraitance

Collier à pointe chien

Le collier à pointes est inspiré d'un ancien type de collier étrangleur et selon certaines références, la version actuelle de ce collier a été développé par un vétérinaire, qui affirme que ce collier a été conçu pour imiter la «morsure corrective d'un chien sur le cou ». Un fameux mélange d'éthologies de comptoir et d'infamie dans sa plus grande splendeur.

Au début, les colliers de chien ont été utilisés principalement pour les empêcher de s'enfuir, de les garder sous contrôle ou de protéger le cou des chiens lorsqu'ils rencontraient des prédateurs, ou dans des batailles lors de guerres. De nos jours le collier et la laisse sont devenus des accessoires indispensables, par le fait que le chien doit être le plus clair de son temps attaché pour se déplacer.

Le collier à boucle est probablement l'un des plus anciens type de collier pour chiens dans le monde et le but de celui-ci est le plus simple: empêcher physiquement le chien de partir ou faire toutes sortes de dommages. Le collier à pointes et le collier étrangleur visent à punir le chien qui tire en infligeant de la douleur et de l'inconfort. Ils peuvent causer des dommages physiques et psychologiques graves pour les chiens et ne devraient jamais être utilisés. La méthode d'apprentissage (si l'on peut parler d'apprentissage) avec le collier étrangleur ou le collier à pointes, permet d'obtenir des résultats pour une certaine période de temps jusqu'à ce que le chien développe une "impuissance acquise" ou tolérance à la douleur plus élevée et puis il va recommencer à tirer de plus en plus de nouveaux.

Le collier étrangleur est devenu largement populaire dans les années 60 et 70, principalement « grâce » à Barbara Woodhouse décéder aujourd'hui, dont les méthodes d'enseignement ont fait d'elle une célébrité internationale.

Dans les années 1970 et au début des années 1980, des millions de propriétaires de chiens en Grande-Bretagne et aux États-Unis ont regardé Mme Woodhouse sur le programme de télévision de la BBC. Elle a insisté sur le fait que n'importe quel chien peut être formé et a montré qu'ils pouvaient être enseignés en quelques minutes avec le ton de la voix, la télépathie et un peu d'amour.'' Sa façon d'apprendre à connaître l'animal était de respirer dans son nez.

Grand programme !?

Le Dr Rachel Casey de l'Université de Bristol, Maître de conférences en comportement animal de compagnie et de recherche sociale, a déclaré au sujet des méthodes de Barbara Woodhouse: «L'hypothèse générale que chaque chien est motivé par un désir inné de contrôler les gens et d'autres chiens sont franchement ridicules. Le terme «dominance» est largement utilisé dans la littérature académique et populaire sur le comportement des chiens domestiques, en particulier dans le contexte de l'agression. Bien que la dominance soit correctement une propriété de relations, il a été utilisé à tort pour décrire un trait supposé de chaque chien, et il y a de plus peu de preuves que ce trait existe"      

La raison de la popularité de l'utilisation du collier à pointes et du collier étrangleur est qu'ils permettent des concepts de formation compressés dans des périodes de temps ridiculement courts. L'homme étant toujours extrêmement pressé de corriger ce qui le contrarie, cela s'avère très attirant. Un contrôle énergique baser sur la coercition de la part des propriétaires terrifie tout simplement le chien et le conduit à « obéir » sur des bases d'anxiété.

Les traumatismes du collier à pointes

Les pointes de métal du collier à pointes pince la peau autour du cou des chiens quand ils tirent et peuvent griffer ou perforer la peau. Au fil du temps, cela peut entraîner chez le chien le développement du tissu cicatriciel et/ou de construire une tolérance à la sensation de pincement douloureux et ainsi continuer à tirer, rendant les promenades toujours plus difficiles. Le chien peut interpréter le serrage d'un collier étrangleur ou à pointe autour de son cou comme un étau et devenir craintif, voire agressif.

Les traumatismes médicaux de l'utilisation du collier étrangleur peuvent être associés à un coup du lapin;

  • des évanouissements;
  • des lésions de la moelle épinière conduisant à la paralysie;
  • l'écrasement de la trachée avec l'asphyxie partielle ou complète;
  • le broyage et/ou de fracture des os dans le larynx;
  • des os du cou disloqués, des ecchymoses de l'œsophage;
  • des ecchymoses et des dommages à la peau et des tissus au niveau du cou;
  • des lésions cérébrales et les yeux prolapsus causés par une forte augmentation de la pression dans la tête, et d'autres blessures.

Sans évoquer l'immensité de tous les troubles comportementaux qui peuvent se développer successivement aux incompréhensions transmises par le propriétaire .
 
Il y aura toujours des ignorants qui prétendront qu'il y a une bonne ou une mauvaise utilisation de ce type de collier. Une réponse parmi tant d'autres: « la fidélité d'un chien est un don précieux, qui entraîne une responsabilité morale non moins contraignante que l'amitié d'un être humain. Le lien établi avec un chien fidèle est aussi durable que peut l'être un lien terrestre et quiconque désire un chien, doit se pénétrer de ce fait... » Konrad Lorenz


Dressage de chien, la soumission imaginaire
Le chien de Goyet
Direction de la vision du chien


Dressage de chien puilboreau