Le massacre des chiens errants continu

Chien errant, le massacre continu

À l'instar de beaucoup de pays comme la Bulgarie, l'Ukraine avant l'Euro de football, l'Inde ou l'Irak... Le massacre des chiens errant continu. Nos sociétés dites modernes et celles qui ne le sont pas, ne peuvent pas, ne veulent pas et savent pas gérer ce problème. Au détriment du chien errant, qui par sa nature ne peut, à l'inverse de beaucoup d'autres animaux, comme le corbeau, le chat, le rat ou le singe dans certains pays, réussir à cohabiter avec les humains, dans les grandes villes.

Bien que les chiens doivent survivre dans des conditions difficiles à des températures sous zéro, des milliers de chiens errants survivent dans les grandes villes de Russie en se nourrissant facilement des détritus si nombreux des sociétés de consommation.

Les autorités soviétiques capturaient et tuaient régulièrement les chiens errants, mais après la chute de l'Union soviétique, la population a explosé, atteignant les 30 000 dans la seule ville de Moscou en 1996. Près de 400 personnes sont mortes en Russie entre 2000 et 2010 après avoir été attaqué par des chiens et plus de 13 000 sont mordues chaque année à Moscou.

Un programme pour les chiens errants lancés en 2001 par la mairie de Moscou en vertu de laquelle les chiens ont été stérilisés et laissés libres s'est avéré inefficace.
En réaction un groupe clandestin des chasseurs de chien se nommant les Doghunters, qui communique via Internet, est en guerre contre ces meutes de chiens errant dans les villes. Tuant les chiens par balles, avec de la viande empoisonnées (qui laisse le chien mourir dans des longues et affreuses souffrances) et encore plus incroyable, avec des pistolets à air.

Malgré les protestations des défenseurs des animaux et des propriétaires de chiens qui voient pour certains leurs animal mourir après avoir accidentellement mangé les appâts empoisonnés. Le réseau n'a cessé de croître et de se propager de Moscou à Ekaterinbourg, dans l'Oural, d'autres grandes villes, et y compris Novossibirsk, en Sibérie où près de 12000 chiens ont été tuer.      

Dans un manifeste publié sur leur site intitulé « non à la vermine! » (dont il serait malsain de le citer pour ne pas faire de publicité) disent que leur objectif est de «lutter contre la faune parasitaire qui empêche l'homme de vivre en toute sécurité et confortablement". « Nous nous battons contre des chiens sauvages. Nous ne voulons pas exterminer les chiens de compagnie; »

Les membres du groupe prétendent qu'ils veulent résoudre le problème des chiens errants, des animaux abandonnés et de leur progéniture née dans les rues, qui à augmenter vigoureusement ces dernières années et qui souvent attaquent les passants. Un des signes inquiétants est que ce groupuscule souhaite mettre en place dans le parc de manière totalement illégal. Il conseille vivement que les chiens doivent être muselés et en laisse et si ces règles ne sont pas respectées, « votre chien va mourir aussi ».

Dans la région de Moscou, près de 1 300 chiens ont été tués - la plupart d'entre eux empoisonné - par les membres du groupe au cours des trois dernières années, selon des militants des droits des animaux.

Mais les propriétaires d'animaux se plaignent de leurs chiens sont aussi en baisse victimes des appâts empoisonnés. Environ 500 propriétaires de chiens se sont rassemblés en octobre, après que des dizaines de chiens ont été empoisonnés au cours de quelques semaines lors de promenades dans un parc de Moscou.

L'ampleur du problème est telle que même si la ville a construit des abris pouvant accueillir près de 15 000 animaux, c'est encore insuffisant.

Source: www.iol.co.za


Comment choisir une muselière pour son chien ?
Karakachan
A quel âge choisir un chiot ?


Thèmes

dresseur de chiens la rochelle 17000