Taxe sur les chiens en Suisse

Supprimer la taxe, pas les chiens

Réagissant à la mesure de Reconvilier (commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement du Jura bernois) d'euthanasier les chiens dont la taxe n'est pas payée, un député Bernois veut son abolition. Le député Thomas Fuch ne possède pas de chien, mais quand il a appris que les autorités de Reconvilier prévoyaient d'euthanasier les chiens dont la taxe annuelle de 50 francs n'est pas payée, son sang n'a fait qu'un tour.

La demande de suppression de cette taxe sera soumise au vote des députés. Voilà qui gonfle l'impact d'une décision qui a déjà fait le tour du monde, alors qu'elle était réservée à la feuille officielle. Le nom du secrétaire communal est cité jusqu'en Argentine.

Les injures et menaces redoublent, alors que Pierre Alain Némitz n'a fait que publier une décision des autorités. Même Brigitte Bardot a été alertée. Pourquoi Thomas Fuchs en remet-il une couche, alors que les autorités locales minimisent une menace dont le seul but était d'effrayer les mauvais payeurs ?      

"La loi de 1904 est obsolète" estime le député. "C'est essentiellement pour financer la lutte contre la rage que cette taxe a été introduite" il y a 107 ans, rapporte le vétérinaire cantonal, Reto Wyss. Ce fléau est éradiqué, mais la taxe permet aux communes de financer les Robidog (marque déposée: Les Robidog sont des distributeurs de sachets hermétiques et des récepteurs d'excréments inventés par une firme Suisse). Pour Thomas Fuchs, les excréments sont des déchets comme les autres.

Son argument: "pourquoi une taxe pour les chiens et pas pour les chats ou les chevaux ?". Le président de la protection suisse des animaux, Heinz Lienhard, a annoncé son intention de porter plainte contre les autorités de Reconvilier le jour ou un chien sera euthanasié. toutefois, à la SPA, l'inspecteur régional Ernest Schweizer défend la taxe sur le fait qu'elle sert également à financer les refuges. Totalement surpris par l'ampleur de la polémique, le maire a fait savoir que ce dossier reviendra sur la table des autorités. "Nous ne voulons pas tuer les chiens, on veut juste récupérer les taxes" a déclaré le maire adjoint. Et ça fonctionne car la moitié des mauvais payeurs e sont empressés de rembourser les arriérés. Source www.lematin.ch Vincent Donzé 14.01.2011 Mon chien, une fidélité a toute épreuve


Origine du chien et domestication
L'enfant et le chien dans le jeu
La violence dans le dressage de chien


education canine à la jarne