Pourquoi mon chien est dominant ?

Mon chien est tres dominant ?

Les théoriciens de la hiérarchie entre l'homme et le chien affirment que tous les chiens domestiques passent leur vie en essayant d'augmenter leur statut dans leurs familles humaines. Ils croient que le propriétaire doit constamment démontrer et affirmer leur "statut d'alpha". Les humains qui ne montrent pas qu'ils dominent seront donc dominés par leur chien. Entraînant des problèmes de comportement et en particulier des agressions. Ils conseillent donc de montrer leur "statut d'alpha" en mangeant avant leur chien, passer par une porte avant lui...

Dans les années 1960, l'idée générale semblait être celle là parce que le chien domestique étant de la même espèce que le loup, il se comporterait de manière identique dans les mêmes circonstances. Le Professeur L.David Mech a publié son livre "Le loup: l'écologie et le comportement d'une espèce en voie de disparition". À cette époque, il affirmait la théorie selon laquelle les loups sont des animaux de meute et se dominent. Donc le chien devait fonctionner de manière identique. Il est depuis revenu sur ses propos, mais trop tard le mal était fait. Et depuis 1960, alors qu'en 1999, L.David Mech a publié un ouvrage (5) dans lequel il a corrigé et mentionné ses erreurs à ce sujet, pour certains rien n'a changé.

Mon chien n'est pas dominant : un effet de mode ?

Beaucoup ont du mal à affirmer haut et fort, que la hiérarchie interspécifique n’existe pas, et donc d’une certaine façon d'annoncer à tous leurs anciens clients qui sont passés entre leurs mains qu’ils se sont trompés toutes ces années. Et alors ? N'est-ce pas une des principales qualités d'un formateur, que de se remettre en question ? Est-il utile de s'accrocher à des croyances des années 1960 ?

 

La remise en question de la hiérarchie entre l'homme et le chien n'est pas un effet de mode. La contestation de l’inexistence de la hiérarchie interspécifique a toujours existé et depuis de très longues années. Simplement le développement des moyens de communication et l'investissement financier dans des multitudes d'études sur le chien, font que pour les "anciennes générations", il est difficile que l'on puisse remettre en question ce qui n'était en fait que des croyances. Il leur est également difficile voire inconcevable qu'une multiplicité de personne puisse s'intéresser scientifiquement à ces concepts humains forgés pour eux depuis la nuit des temps.

 

Le milieu des "sachant" ne représentait jusqu'à présent qu'un microcosme fermé sur lui-même (il l'est toujours) et ceux qui affirmaient le contraire n'avaient pas la possibilité de s'exprimer autant et aussi librement. L'homme a de toute façon passée pour l'instant plus de temps à croire à ces croyances plutôt qu'à essayer d'étudier le chien le plus précisément possible.  

Chien errants et hiérarchie

"Peu importe le terme utilisé pour la définir hiérarchie entre l'homme et le chien. Le chien est un animal grégaire." Tentative désespéré pour justifier des méthodes dépassées, et grave erreur. Car il ne s'agit surtout pas de jouer sur des mots (c'est la principale méthode de ceux qui s'accrochent), mais il n’y a pas de rapport entre le fait que le chien puisse être un animal grégaire et la hiérarchie. Le chien est par essence un animal hautement social (1). Encore une tentative inconsolée de ces théoriciens consiste à affirmer que « dès l’instant où un groupe social se forme, il y a des règles et donc de la hiérarchie. »

Contrairement à la croyance populaire, les chiens domestiques ne sont pas des animaux de meute, ce sont des animaux sociaux, tout comme les humains, et ils ne forment pas pour autant généralement de groupes lorsqu'ils sont errants. C'est pourquoi, la conviction que l'on doit devenir le mâle alpha dans la meute de son chien, et la conviction que les chiens sont dominants ou soumis, est totalement hors sujet. Cette «vérité», donc cette idée n'est pas même basée sur des faits réels.

Les chiens errants peuvent former des groupes avec quelques chiens, mais ceux qui traînent changent rapidement et/ou ne s'intègre pas totalement pas dans le groupe. Pourquoi ? Parce que la survie en groupe n’est pas indispensable vu qu'ils sont avant tout des charognards (ou opportunistes) (2) qui restent à proximité des établissements humains et qui saisissent l'opportunité de récupérer les restes qu'ils trouvent. Il n'est pas forcément rentable et efficace de rester en groupe pour partager la nourriture.

Différences de types de chiens errants ?

Pourquoi serait il intéressant d’observer les chiens à l’état d’errance ? Pour la simple et bonne raison que l'éthologie détermine l'étude scientifique du comportement des espèces animales, dans un environnement expérimental ou dans leur milieu naturel. Le milieu naturel d’observation ne pouvant être que par défaut la condition d’errance. Il s’avère qu’avant d’affirmer un certain nombre de croyance il faut prendre en compte l’ensemble des paramètres. Pour un œil non avertit la plupart des chiens errants sont difficiles à distinguer des chiens domestiques au niveau de leur morphotype.

La caractéristique principale et la seule qui distingue les chiens errants des chiens domestiques est le degré de confiance ou de dépendance vis-à-vis des humains et dans certains cas, leur comportement envers les humains (3). Les chiens errants survivent et se reproduisent indépendamment de l'intervention ou de l'assistance humaine. Bien qu'il soit vérifié que certains chiens sauvages utilisent des ordures humaines pour la nourriture, d'autres acquièrent leur subsistance principale en chassant comme d’autres espèces sauvages (3).

Lors d’études sur la classification des types de comportements des chiens en étant confinés dans des pièges à cage. (3) Les chiens domestiques présentaient des comportements calme lorsqu'un humain s'approchait, alors que la plupart des chiens errants présentaient des comportements très agressifs, grognaient, aboyaient et tentaient de mordre. Certains chiens étaient intermédiaires dans leur comportement et ne pouvaient être classés comme étant sauvages ou domestiques, uniquement en raison de leur réaction à l'homme. Comme de nombreux chiens errants sont poursuivis, tirés ou piégés par des personnes, leur comportement agressif envers les humains n'est pas surprenant (4). Étant à la base des chiens domestiques, cela dénote également une transformation progressive de leurs comportements par transmission génétique à leur future progéniture. Il a été constaté également que ces chiens errants sont généralement très discrets et sont actifs à l'aube, le crépuscule et la nuit, tout comme d'autres canidés sauvages.

Conclusion

Soumission, dominance, mâle Alpha, chef de meute… À l'heure actuelle presque chaque problème de comportement qui peut survenir chez le chien domestique est décrit comme une tentative de domination. Ces problèmes et ces « méthodes » de formation basés sur la théorie de la hiérarchie entre l’homme sont censés résoudre ces problèmes. Comment décider si cela est pertinent pour nos chiens domestiques quand on constate uniquement la disparité des fonctionnements à l’état sauvage ou avec nous ? Et bien c’est bien simple. Quand une minorité d'éducateurs canins a réussi à éduquer des milliers de chiens uniquement en positif, sans appliquer ces théories et que cela fait des chiens bien plus heureux et bien plus équilibrés. C’est qu’il est possible de faire autrement.   

Sources

(1) Bradshaw et al., 2002
(2) Gipson et Sealande (1976)
(3) Scott et Causey (1973)
(4) Gipson (1983)

(5) "Alpha status, dominance, and division of labor in wolf packs"

 

30/07/2017


La morsure du chien
Le chien dans notre vie
Origine du chien et domestication


Thèmes

ducateur canin la rochelle