Les humains préfèrent-ils la relation de leur chien ?

 Plus d'empathie envers le chien qu'envers l'homme ?

L'attachement et l'amour que l'être humain porte envers à son chien ne semblent de nos jours plus avoir aucune limite. On pourrait se demander même parfois si les humains ne préfèreraient pas davantage la relation de leur chien que de leur congénère.

Une étude présentée dans le cadre de la réunion annuelle de The American Sociological Association, vient de sonder la réalité anthropomorphique des êtres humains. Dans le cadre de cette recherche, Jack levin, professeur de sociologie et de criminologie à la Northeastern university, et coauteur de l'étude d"Arnold Arluke, a donné au hasard un des quatre scénarios fictifs à chaque participant.
 Pour ce faire, ces sociologues américains ont fait appel à 240 femmes et hommes, dont une grande partie était des étudiants âgés entre 18 et 25 ans. Le responsable de l'étude a expliqué ensuite à ces participants qu'un bébé d'un an, un adulte trentenaire, un chiot et un chien d'environ 6 ans avaient subis des violences.

Cette violence et cette victimisation n'étaient qu'un scénario inventé de toutes pièces, dont les personnes tests n'avaient pas connaissances. Après avoir lu l'histoire, les chercheurs ont demandé aux volontaires de noter l'empathie qu'ils éprouvaient pour chacune des victimes fictives des scénarios.

Résultat: les réponses ont mis en évidence que les êtres humains ressentaient beaucoup plus d'empathie pour le chiot et le chien qu'envers leurs congénères.    
 
C'est le meilleur ami de l'homme qui a reçu la majorité des suffrages. Étonnamment, les participants ont eu environ la même quantité d'empathie pour l'enfant que pour le chiot.

D'après cette étude, les hommes ont éprouvé plus d'empathie pour le chiot, le chien de 6 ans et le nourrisson que la personne âgée d'environ une trentaine d'années. Comme si les participants avaient estimé que ces animaux étaient plus vulnérables et fragiles qu'un homme dans la force de l'âge.

Plus étonnants encore, les participants ont même exprimé autant d'empathie pour chiot que pour le nourrisson, ce qui implique que l'âge et sa fragilité semblent jouer un rôle. "Nous avons été surpris par les liens entre l'âge et les espèces. L'âge semble éclipser l'espèce quand il s'agit d'éprouver de l'empathie" a expliqué Jack Levi.

Les auteurs ont noté que les résultats seraient probablement similaires si l'étude avait faite avec des chats au lieu de chiens. Comme animaux de compagnie faisant partie de la famille, les personnes testées ont affirmé attribuer aux chiens et aux chats des caractéristiques humaines.

Parce que cette étude a été présentée lors d'une réunion médicale, les données et les conclusions doivent être considérées comme provisoires jusqu'à ce que soit publiée l'intégralité de la recherche.

Source: American Sociological Association


Salons du chiot: le scandale de l'achat émotionnel
L'humeur de chien offre un aperçu de la santé du propriétaire
Chien de race ou chien d'espèce ?


Thèmes