Le massacre des chiens errants en Irak

À l'instar de l'Euro 2012 en Ukraine et du massacre des chiens errants. Le chaos et la misère humaine qui règne en Irak ont fait passer au second plan les pelotons de la mort qui rôdent dans les rues de Bagdad, armées de fusils de chasse et de viande empoisonnée.

Leurs proies, les 1 million de chiens errants qui se multiplient dans la capitale irakienne que la violence qui à paralyser les services publics depuis 2003 suites à l'invasion américaine qui a renversé Saddam Hussein.

Avec « l'amélioration » de la sécurité au cours des dernières années, les autorités font revivre une pratique datant de l'époque de Saddam Hussein de l'abattage de la population de chiens errant. Il s'agit de la plus grande campagne d'exécution du chien, jamais appliquer sur le territoire Irakien. Cette campagne a déjà tué plus de 42 000 chiens en deux mois. Plus de la moitié a été empoisonnée.

Dans le quartier de Shula du nord-ouest de Bagdad, les enfants se sont réunis avec des bâtons pour pousser les animaux tués au milieu de litière au rebut. Les chiens morts sont chargés sur des tracteurs pour être jetés dans des fosses des décharges de Bagdad.

L'abattage des chiens errants était une routine nocturne sous Saddam, mais la détérioration rapide de la sécurité après l'invasion américaine à garder les équipes vétérinaires dans les rues.

Les services vétérinaires locaux ont également blâmé que le plein essor de la population canine est aggravé par les énormes quantités de déchets qui ont commencé à s'entasser dans la capitale quand la violence à paralyser les services publics chargés du ramassage des ordures.
Maintenant, les autorités ont 20 équipes dédiées à cette activité, chacune composée de deux tireurs et de deux vétérinaires, souvent accompagnés par des patrouilles de police.

Les autorités du département de la santé et de l'environnement de Bagdad, estime la population canine entre 1.25 et 1.500.000 des chiens errants à Bagdad, une ville qui compte quelque 7 millions de personnes.

Les raisons invoquées sont que la présence de cette grande quantité de chiens est qu'ils provoquent de nombreuses maladies pour les humains. Ce massacre est défendu par les autorités comme étant la seule option, étant donné le nombre énorme de chiens dans la capitale. Justifier ou non, l'être humain a-t-il sa part de responsabilité dans ce massacre ?


Thérapie canine
Le chien et l'expérimentation animal
Les chiens de Fukushima Dai-ichilors


Thèmes