Comment le chien distingue à l’odorat des jumeaux ?

L'odorat du chien distingue les jumeaux

Jusqu’à présent l'odorat du chien ne distinguait les jumeaux dans aucune étude. Les chiens ne pouvaient distinguer les odeurs individuelles de jumeaux monozygotes vivant dans le même environnement si les odeurs leur étaient présentées séparément.

Des études antérieures ont montré une variation entre les tentatives expérimentales pour déterminer si les jumelles monozygotes humaines qui sont génétiquement identiques ont également des odeurs individuelles identiques et donc des identités olfactives uniques. Dix bergers allemands de police spécialement formée de République tchèque ont été utilisés pour l'identification des odeurs dans cette étude.

Les chiens étaient censés faire correspondre les odeurs de deux couples jumeaux monozygotes (5 et 7 ans) et deux couples de jumeaux dizygotiques (8 et 13 ans). Les échantillons d’odeur ont été recueillis sur des carrés de coton stockés dans des pots en verre. Les conducteurs des chiens n’ayant pas participé au relevé d’odeur et aux détails de l'expérience.

Dans chaque essai une odeur de référence a été utilisé comme odeur de départ et le chien ont ensuite été envoyés pour déterminer si l'un des 7 pots en verre présentés contenait une odeur correspondante. Des odeurs d'enfants d'âges similaires ont été utilisés comme distracteurs. Tous les chiens à tous les essais ont distingué correctement les odeurs de jumeaux identiques et non identiques. Tous les chiens ont également répondu positivement sur deux odeurs collectées auprès des mêmes individus. Les résultats indiquent que les chiens spécialement formés peuvent distinguer les odeurs individuelles de jumeaux identiques malgré le fait qu'ils vivent dans le même environnement, mangent la même nourriture et même si les odeurs ne leur sont pas présentées simultanément.

Les résultats de cette étude sont en accord avec l'hypothèse selon laquelle les chiens correctement formés peuvent discriminer correctement les odeurs individuelles des jumelles monozygotes, même s'ils vivent dans le même ménage et mangent les mêmes aliments. Contrairement à d'autres études (1), les chiens utilisés dans cette recherche ont été des chiens de police formés, certifiés et utilisés de façon routinière exclusivement pour ce type d'identification d'odeurs. Certains chiens utilisés par Kalmus (15) et Harvey et al. (2) ont également été formés des forces de police, mais pas exclusivement pour de l'identification d'odeurs. En outre, le niveau d'efficacité utilisé dans ces études antérieures n'était pas uniforme. Dans le cas de l'étude menée par Kalmus (1), seuls les chiens les plus performants ont été utilisés. Un autre point à considérer est que Hepper (3) n'a pas fourni d'information sur la formation des 4 chiens utilisés dans son étude. De même, Somerville et al. (4) ont utilisé un seul chien dans leur étude sans description de la formation du chien. Les résultats suggèrent donc selon Kalmus (1) que le niveau de formation peut être critique dans ces types d'expériences. Il semble qu'à l'âge de 5 ans, des odeurs individuelles spécifiques de jumeaux monozygotes soient reconnaissables par des chiens spécialement formés. Une recherche plus poussée devrait être axée sur l'âge des jumeaux monozygotes et si leurs odeurs commencent à se différencier au fil du temps.

 

Sources


(1) Kalmus H (1955) The discrimination by the nose of the dog of individual human odours and in praticular of the odours of twins. Brit J Anim Behav III: 25–31.H. Kalmus1955The discrimination by the nose of the dog of individual human odours and in praticular of the odours of twins.Brit J Anim BehavIII2531
(2) Harvey LM, Harvey SJ, Hom M, Perna A, Salib J (2006) The use of bloodhounds in determining the impact of genetics and the environment on the expression of human odortype. J Forens Sci 51: 1109–1114.LM HarveySJ HarveyM. HomA. PernaJ. Salib2006The use of bloodhounds in determining the impact of genetics and the environment on the expression of human odortype.J Forens Sci5111091114
(3) Hepper PG (1988) The discrimination of human odor by the dog. Perception 17: 549–554.PG Hepper1988The discrimination of human odor by the dog.Perception17549554
(4) Sommerville BA, Green MA, Gee DJ (1990) Using chromatography and a dog to identify some of the compounds in human sweat which are under genetic influence. In: Macdonald DW, Muller-Schwarze D, Natynczuk SE, editors. Chemical signals in vertebrates. Oxford University Press. pp. 634–639.BA SommervilleMA GreenDJ Gee1990Using chromatography and a dog to identify some of the compounds in human sweat which are under genetic influence.DW MacdonaldD. Muller-SchwarzeSE NatynczukChemical signals in vertebratesOxford University Press634639
(5) Dogs Discriminate Identical Twins Ludvík Pinc, Luděk Bartoš , Alice Reslová, Radim Kotrba Published: June 15, 2011 https://doi.org/10.1371/journal.pone.0020704

11/08/2017


Chien de détection de téléphone portable
KDOG : le projet de chien de détection de cancer
Chien de détection pour enfants angoissés


Thèmes