Odorat du chien : anatomie du positionnement du cerveau

Odorat du chien et positionnement du cerveau

Les conséquences sur l'odorat du positionnement du cerveau du chien n'est pas un sujet de l'anatomie canine qui reçoit jusqu'à présent beaucoup d'attention dans les recherches actuelles. La position du cerveau dans le crâne de tous les chiens, quel que soit le type, car ils appartiennent à la même sous-espèce (Canis lupus familiaris); du loup gris (Canis lupus) à partir duquel ils auraient été domestiqués.

Les loups gris ont des crânes relativement longs et sont plus ou moins équivalents selon l'âge et le sexe, ce qui caractérise une espèce. En revanche, les crânes des chiens domestiques ont une gamme d'un extrême à l'autre: du lévrier italien à museau long et fin au carlin avec la face plate, dont le museau froissé ressemble à un accordéon. Le neuroscientifique Michael Valenzuela, de l'Université de New South Wales en Australie et ses collègues ont voulu déterminer si les différences artificiellement sélectionnées en longueur du crâne entre les races de chiens ont également réorganisé le cerveau canin. Et si donc, l'élevage sélectif à créer une restructuration du cerveau de chien domestique.

 Les chercheurs ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour balayer les cerveaux de onze chiens euthanasiés depuis peu, ainsi que deux springers spaniel cocker bien vivant. Les chiens euthanasiés constituaient un groupe diversifié comprenant un croisé akita, un croisé dogue, un Maltais, un staffordshire bull terrier, un croisé shih-tzu, un lévrier, un croisé bouvier Australien, un Jack Russell terrier et un croisé pit-bull.

Une fois qu'ils ont acquis les images du cerveau, les chercheurs ont analysé la situation globale du cerveau dans le crâne et estimé les volumes relatifs du lobe olfactif responsable du traitement des odeurs qui est environ quarante fois plus grande chez les chiens que chez les humains, par rapport à la taille du cerveau total. Les expérimentateurs ont également calculé un indice céphalique en divisant la largeur du crâne par la longueur du crâne et en multipliant par 100. Plus l'indice céphalique, plus la longueur du crâne et vice-versa.

Concernant les chiens ayant le crâne plus court comme le pit-bull, l'Akita et le Shih Tzu croisé, ces observations ont démontré une réorganisation cérébrale significative. Les chiens avec un museau court avaient non seulement les hémisphères cérébraux du cerveau tourné vers l'avant par pas moins de 15 degrés et les lobes olfactifs avaient changé de position à partir de l'avant du cerveau vers la base du crâne. Le cerveau des chiens à face courte n'ayant pas la même place à l'intérieur du crâne, de la même manière que les cerveaux des chiens avec de longs museaux dont le crâne et le cerveau sont plus proches de celui d'un loup ou de l'ancêtre du chien domestique.

En d'autres termes, les résultats impliquent que lorsque la reproduction sélective effectuer par l'homme écrase le museau de certains type de chien, il transforme leurs cerveaux. Chien de race ou chien d'espèce ?

Parce que ces effets étaient les mêmes dans un large éventail de formes de crâne et étaient indépendants du poids corporel des chiens sélectionner et de la taille du cerveau, les chercheurs ont déterminé que l'organisation du cerveau est plus fortement liée à la longueur du crâne, par opposition à d'autres variables anatomiques. Les chercheurs ont émis l'hypothèse que le lobe olfactif peut-être déplacer dans un nouvel emplacement afin de permettre le bon développement du cortex frontal, mais ils n'ont pas testé directement cette variable.

L'équipe de recherche a également spéculé sur les conséquences sur les cerveaux pour la perception des odeurs réglementées par le lobe olfactif et les influences sur le comportement, qui est largement orchestrée par le cortex frontal. L'élevage sélectif a peut-être volé aux chiens à court museau leur sens aigu de l'odorat, quand il a délocalisé leurs lobes olfactifs. Les chercheurs notent que les chiens à face courte sont rarement, voire jamais recruté pour traquer les odeurs. Au lieu de cela, depuis toujours ce sont les chiens à long museau qui ont été utilisés pour les pratiques olfactives.

«C'est la prochaine étape de notre travail». "Pour le moment nous n'avons pas de corrélations directes ou des liaisons, mais nous avons des preuves indirectes que les chiens à face courte ne semblent pas avoir de très bonnes capacités olfactives...". "... La reproduction peut avoir des conséquences pour leur capacité olfactive et le comportement en général, mais il faut faire plus de recherche. " Michael Valenzuela.


Source: scientificamerican.com



Thèmes

 Odorat du chien : anatomie du positionnement du cerveau