Comportement canin et réaction cardiaque face aux émotions humaines

Comportement latéralisé et activité cardiaque des chiens en réponse à des vocalisations émotionnelles humaines

Au cours des dernières années, l'étude du fonctionnement émotionnel du chien est devenue l'une des questions centrales de l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent aux comportements canins. De nombreuses études antérieures ont montré que les chiens peuvent reconnaître différentes émotions en regardant les visages des humains et peuvent correspondre correctement à l'état émotionnel humain avec une vocalisation ayant une valence émotionnelle négative. Cependant, jusqu'à présent peu de choses sur la façon dont les chiens perçoivent et traitent les vocalisations non verbales humaines ayant une valence émotionnelle différente sont connus.

La présente recherche effectué par Marcello Siniscalchi et ses collègues fournit de nouvelles perspectives sur le fonctionnement émotionnel du cerveau du chien en étudiant leurs fonctions auditives latéralisées, pour fournir un premier aperçu de la dimension de valence. Le tout en accord avec le comportement et les mesures physiologiques de l'excitation (pour étudier la dimension éveil) des playbacks liés aux six émotions humaines de base de l'Ekman.

Des études antérieures ont rapporté que le système olfactif des chiens fonctionne de manière asymétrique pour décoder différentes émotions véhiculées par les odeurs humaines. Les résultats démontrent que cette asymétrie se manifeste également dans le domaine sensoriel auditif puisque les chiens ont montré une réponse orientée asymétrique des mouvements de la tête des différentes vocalisations émotionnelles non verbales humaines. Ils ont en particulier tourné la tête avec leur oreille gauche en réponse à la «peur» et à la «tristesse» des vocalisations humaines. Étant donné que dans le paradigme de l'orientation de la tête, la direction de la tête indique un avantage de l'hémisphère controlatéral dans le traitement des sons, la rotation de la tête à gauche en réponse aux vocalisations «peur» et «tristesse» suggère l'activation prédominante de l'hémisphère droit.

Cette découverte est cohérente avec l'hypothèse générale selon laquelle le rôle dominant de l'hémisphère droit dans l'analyse des stimuli émotionnels intenses (par exemple, le cheval). D'autres preuves proviennent d'études sur le chat, montrant que, en utilisant le même paradigme de tête, ils ont tourné la tête avec leur oreille gauche en réponse à la «perturbation» des chiens et aux vocalisations «d'isolement» des chiens.

Dans l'ensemble, les résultats indiquent des modèles cérébraux latéralisés pour le traitement des vocalisations émotionnelles humaines, avec l'utilisation répandue de l'hémisphère droit dans l'analyse des vocalisations avec une valence émotionnelle négative claire ("peur" et "tristesse") et de l'hémisphère gauche dans l'analyse de la vocalisation positive ("bonheur"). De plus, l'activité cardiaque et la réponse comportementale soutiennent l'hypothèse que les chiens sont sensibles aux signaux émotionnels des vocalisations humaines.

Source

Lateralized behavior and cardiac activity of dogs in response to human emotional vocalizations
Marcello Siniscalchi, Serenella d’Ingeo, Serena Fornelli & Angelo Quaranta
Publié le 08 Janvier 2018
https://www.nature.com/articles/s41598-017-18417-4

 

06/03/2018

Caractéristiques et sources d'acquisition d'un chien
La jalousie chez le chien
Sociabilité et regards vers les humains des chiens et des loups


Thèmes

Education canine Charente maritime