Comment réduire la peur et l'anxiété du chien

La peur et l'anxiété du chien

Comment traiter l'anxiété et la peur chez le chien ? Il fait partie de la nature humaine d'imposer nos idéaux d'un comportement acceptable à nos chiens. Malheureusement, beaucoup d'entre nous trouvent difficile de séparer ces idéaux de ce qui rend chaque chien spécial, unique, et heureux. Des milliers de chiens sont euthanasiés chaque année parce qu'ils n'étaient "pas récupérables", "totalement incontrôlables", voir "aboyait trop». Beaucoup de ces chiens ont été mis à mort parce qu'il y avait soi-disant quelque chose de mal dans leurs comportements alors qu'ils étaient en souffrance et que leurs identités étaient en conflit avec leurs environnements.

Anxiété, nervosité, peur, agressivité et dépression sont des émotions normales dans la vie de chaque chien. Certains chiens peuvent être terrifiés par le tonnerre, le vétérinaire, les scooters ou les escaliers... D'autres n'aiment pas les enfants peuvent ou peuvent avoir une aversion envers d'autres animaux. Des types de chiens comme le border collie ont généralement besoin de grands espaces pour courir, et ils deviennent anxieux s'ils sont confiné dans l'inactivité. Beaucoup de chiens qui préfèrent dormir plutôt que de jouer deviennent des épaves nerveuses équivalent à des pots de fleur. Mais si les changements de comportement du chien sont soudain ou si ses tendances nerveuses s'aggravent avec le temps, le chien souffre peut être  et à besoin de son propriétaire pour l'aider à s'en sortir.    

Contrairement aux normes conventionnelles, les traitements holistiques de l'anxiété, la nervosité et les troubles du comportement il est indispensable de ne pas commencer par l'utilisation de médicaments sédatifs ou antidépresseurs, mais par un examen critique de la perspective que l'aide de son propriétaire peut naturellement apporter dans cette situation. Sommes-nous vraiment capables de traiter l'anxiété ou l'agressivité, ou le problème est un symptôme de quelque chose qui se passe plus au sein de l'animal que dans son environnement ? Peut-être que le problème n'est pas vraiment le chien de tout, mais émane plutôt des attentes non satisfaites de l'aidant.

Les troubles émotionnels, comportementaux et nerveux peuvent entraîner des carences alimentaires, des maladies endocriniennes, des effets secondaires des médicaments, des parasites, des maladies neurologiques, ou des problèmes psychologiques. Comme les humains, les chiens peuvent souffrir de dépression chronique qui est la conséquence de déséquilibres chimiques dans le cerveau. Dans la plupart des cas, avant de traiter la dépression avec des traitements chimiques tel que le Prozac®, le soignant est susceptible de trouver lui-même le problème et le corriger par des modifications du régime alimentaire, des remèdes homéopathiques ou tout simplement par le fait d'y consacrer plus de temps.

Depuis 1999, l'utilisation du Prozac® est devenue une mode effroyable pour le traitement des chiens agressifs, comme l'industrie pharmaceutique l'avait fait pour l'homme souffrant de troubles de dépression chronique. De même, le « Saint-John's wort » a été présentée comme «l'alternative à base de plantes pour remplacer le Prozac®,", il est devenu trop populaire pour le traitement des agressions et d'autres troubles comportementaux et émotionnels chez les animaux. Bien que le « Saint-John's wort » et les médicaments psychotropes puissent avoir une place dans le traitement de certains troubles, ils ne sont pas la panacée contrairement à ce que certaines entreprises essayent de nous faire croire. De nombreux experts estiment que ces substances peuvent effectivement causer un effet inverse chez certains chiens.

Des études démontrent que dans certains cas dans le Prozac® non seulement échoue à enrayer l'agression, mais apparemment il l'augmente. Dans un cas, un staffordshire bull terrier de deux ans a reçu le médicament pour l'empêcher d'agresser les autres chiens. Au départ, les attaques se sont arrêtées, mais plus tard, le chien reprend son comportement hostile et quand le Prozac® a été retiré, il est devenu encore plus agressif que précédemment. Dans un autre cas cela concernait un chien de chasse de trois ans à qui il a été donné du Prozac® pour l'empêcher de constamment de courir après des ombres. Après trois jours de traitement, il a commencé à attaquer les chiens au lieu des ombres.

Le diagnostic nécessaire et la prudence à prescrire des médicaments sont fortement limités par le manque d'encadrement, de communication entre le propriétaire et le soignant. En d'autres termes, les médicaments psychotropes sont habituellement prescrits comme une «bulle à l'aveuglette» en matière de suppression des symptômes, plutôt qu'une solution curative et compréhensible pour le chien.



Thèmes

dressage du chien a rompsay 17