Le chien est-il capable de prévoir les séismes ?

Les chiens peuvent prévoir les séismes ?

Est-ce que les chiens peuvent prévoir les séismes ou est ce simplement de mauvaises interprétations de leurs comportements ? De nombreuses théories à ce sujet ont parcouru les siècles sans jamais apporter de certitudes. Une théorie est que les chiens sentent vibrer la Terre avant les humains. Une autre idée suggère qu'ils détectent des changements électriques dans l'air ou de gaz libéré celle-ci. Dans les années 1970, quelques études sur la prévision des animaux ont été effectuées par l'U.S. Geological survey, mais rien de concret n'en est sortis. Depuis ce temps, l'agence n'a pas fait d'autres enquêtes sur les diverses théories. Cependant les chercheurs du monde entier continuent à poursuivre l'idée.

Lors d'une série d'événements et de circonstances fortuites le Dr Stanley Coren a eu l'occasion d'explorer la capacité des chiens à prédire les tremblements de terre. À l'époque il collectait des données sur une autre question, à savoir si les chiens sont sensibles aux troubles affectifs saisonniers. Ceci est communément appelé le «blues de l'hiver» qui, chez l'homme, se présente sous forme d'une dépression et d'anxiété pendant les mois d'hiver ou d'autres périodes quand il y a peu de soleil pendant les heures du jour. Cette collecte de données sur cette question c'est faite à partir de 200 chiens qui ont été surveillés par l'intermédiaire d'internet pendant huit mois. Deux fois par semaine les propriétaires de ces 200 chiens recevaient un e-mail et ont été invités à évaluer le niveau d'activité et tous les signes d'anxiété de leur chien au cours de la journée précédente.

En général, il y avait dans la moyenne peu de variabilité dans les changements de comportement du groupe. Mais un jour donné, le 27 février 2001, une forte augmentation de l'activité et de l'anxiété est apparu. Parmi les 193 chiens qui ont été évalué ce jour-là, 47% ont montré des niveaux d'activité significativement plus élevés et 49%s ont montré des comportements marqués dans l'augmentation de l'anxiété. Ces données sur les changements de comportement ont eu lieu la veille d'un tremblement de terre d'une magnitude de 6,8 qui a secoué le nord-ouest du Pacifique. Ne ressentit pas loin de Vancouver, au Canada, il a eu une intensité suffisante pour causer des dommages à certaines structures. Étant donné les changements imprévus dans le comportement des chiens, le Dr Stanley Coren a commencé à se demander comment ces chiens auraient ils eurent en quelque sorte conscience du tremblement de terre qui allait avoir lieu quelques heures plus tard.

Une des explications possibles qui a été suggéré pour expliquer le fait que les animaux puissent prévoir les tremblements de terre, serait qu'ils ont une très bonne capacité auditive. Cette sensibilité leur permettrait d'entendre les activités sismiques qui précèdent les tremblements de terre (telles que le frottement et les ruptures des roches souterraines). Un fait en rapport avec les données du Dr Stanley Coren semblait soutenir cette possibilité. Parmi les 200 chiens observés, 14 ont été signalés comme ayant une déficience auditive. Conformément à l'idée que les chiens pourraient entendre les événements sismiques avant le déclenchement du tremblement de terre, Il s'avère qu'un seul un de ces chiens avec mauvaise audition a montré une augmentation significative de l'anxiété ou de l'activité, et qu'un de ces chiens vivait avec un chien sans problème auditif.

Pour explorer davantage la possibilité que c'est l'information sonore du prochain tremblement de terre qui a déclenché chez les chiens des changements d'attitudes il a divisé les chiens faisant partie de l'étude entre ceux qui ont les oreilles rabattues et ceux avec des oreilles dressées. Les chiens aux oreilles rabattues sont dans une certaine mesure ceux qui devraient être un peu moins en mesure d'entendre le mouvement de la terre. Les données semblent confirmer l'idée que les chiens aux oreilles rabattues avaient entendu quelque chose qui les rendait anxieux vu l'augmentation globale de l'anxiété et de l'activité précédant le tremblement de terre, mais juste de façon moins significative.

L'idée que les oreilles rabattues diminuent la perception auditive du chien ne se vérifie que sur un degré de fréquence très faible. L'effet est plus important pour les sons avec des fréquences plus élevées. Une source sonore 90 db et un capteur de bruit sont placer derrière une oreille rabattue. Pour une tonalité de 1000 Hz derrière le rabat, la perte est inférieure à 6 db, tandis que pour un son à haute fréquence de 14 000 Hz, le pavillon de l'oreille réduit l'intensité sonore de 31 DB. Ce résultat corrobore l'idée que l'audition des chiens est un facteur important et suggère qu'il pourrait entendre ces sons de haute fréquence dans les mouvements de la Terre.

Le chien prévoit-il les séismes ?

Une dernière analyse semble compatible avec cette théorie. Chez les mammifères, la recherche montre que les animaux avec de plus petite taille de tête ont une meilleure audition à haute fréquence. Il y a de bonnes raisons d'évolution et d'adaptation pour cela. Les animaux peuvent déterminer la direction dans laquelle un son est en provenance, la différence dans le temps qu'il faut pour que le son atteigne l'oreille la plus proche de la source, par rapport au temps nécessaire pour atteindre l'oreille la plus éloignée. La détermination de direction est également assistée par la différence de l'intensité du son entre les deux oreilles. Avec une petite taille de la tête les différences de temps sont réduites et, en outre, les longueurs d'onde plus longues de basse fréquence ont tendance à se plier autour du crâne, ce qui diminue l'utilité de l'indice d'intensité sonore de direction. Les animaux avec de plus petite taille de tête semblent avoir compensé cette différence avec une meilleure sensibilité au son de fréquences plus élevées.

Par conséquent le Dr Stanley Coren a regroupé les chiens selon la taille de leur tête. Quand il a regardé les changements de comportement avant le séisme, les chiens avec les plus petites tailles de tête ont tendance à montrer beaucoup plus d'augmentation de niveau d'anxiété et de l'activité avant le séisme par rapport aux chiens avec les plus grandes tailles de tête. Il semble qu'il y ait une augmentation de l'activité observable chez les chiens dans les 24 heures précédant un tremblement de terre. Allusion au fait que les animaux réagissent à un signal auditif, les observations montrent que même les chiens ayant une mauvaise audition ne sont pas affectés, et les chiens aux oreilles rabattus sont moins touchés. Le fait que les chiens avec une plus petite taille de la tête sont plus sensibles est compatible avec la présomption que les sons de haute fréquence peuvent servir de signal pour prévoir un tremblement de terre imminent.

Le fait que ce sont le son à haute fréquence que les chiens semblent entendre répond et explique aussi pourquoi les animaux semblent anticiper certains tremblements de terre et pas d'autres. Le tremblement de terre que le groupe de chiens observer à impliquer un mouvement relativement faible des plaques tectoniques. Si la source du tremblement de terre impliquait une grande profondeur de mouvement les informations permettant aux chiens de prévoir l'événement pourraient ne pas être disponibles. Les hautes fréquences ont moins de pouvoir que les sons de basse fréquence et donc peuvent être absorbés par la masse intermédiaire de terre.

Évidemment une étude basée sur un seul événement, même si la taille de l'échantillon des chiens est assez grande, ne peut pas être considérée comme une preuve définitive que les chiens peuvent prévoir les tremblements de terre. Cependant, pris ensemble, ces résultats sont cohérents et suggèrent que ce sont les capacités auditives du chien, en particulier leur sensibilité au son de fréquences plus élevées, qui lui permet de servir de capteurs pour aborder des événements sismiques tels que les tremblements de terre.

26/03/15



Thèmes

dressage de chien a muron