La séparation brève de son propriétaire et le chien

Effet cognitif de la séparation brève de son propriétaire chez le chien

Aucune étude à ce jour n'avait vérifié si les chiens de compagnie vivant dans un environnement des plus communs, présentaient des différences de prise de décision lorsqu'ils étaient séparés pendant une courte période de leurs propriétaires dans leur vie quotidienne. Dans le cadre de cette étude, les réactions de chiens de compagnie dans une tâche de jugement classique ont été évaluer. Lors de la présence et lors de l'absence de leurs propriétaires.

Des recherches antérieures ont démontré que les chiens ayant formé des liens d'attachement avec leurs propriétaires pouvaient répondre avec impatience lors d'apprentissages lors de brèves séparations (Topal et al. 1998 ; . Prato-Previde et al 2003), mais l'absence propriétaire à court terme n'induit qu'une anxiété modérée chez les chiens bien socialisés, c'est-à-dire chez les chiens qui sont habitués à supporter de courtes périodes d'absence: Lindsay 2001.

Les chiens présentant des signes d'anxiété de séparation n'ont pas été testés dans cette étude. Tous les chiens ont été testé avec le propriétaire présent, ainsi que dans la condition où le propriétaire était absent de façon équitable. Les prédictions étaient que les chiens seraient moins enclins à juger des stimuli ambigus comme positif en l'absence de leurs propriétaires.

32 chiens de compagnie avec les propriétaires ont été recrutés, 8 chiens de berger, 10 retrievers bâtards et 4 chiens croisés de compagnie âgés de 1 à 7 ans.

Tous les sujets vivaient comme des animaux de compagnie dans un environnement de chiens domestiques, à la différence des chiens testés dans les études précédentes (Mendl et al. 2010 : chiens de refuge; Burman et al. 2011 : beagles de laboratoire). Aucun des sujets a été spécialement élevé ou éduqué pour travailler de façon indépendante de l'homme. Huit chiens n'ont pas terminé les expériences, soit parce qu'ils n'ont pas atteint le critère de formation initiale, soit parce qu'ils ont montré des signes d'anxiété de séparation importante qui les empêchait d'apprendre. Sur l'ensemble des chiens restant aucun n'ont présenté des signes évidents d'anxiété de séparation durant le court terme de l'absence du propriétaire, tels que des aboiements ou des hurlement, faire sa toilette ou des comportements destructeurs. Comme l'ont montré certains des chiens de refuge testés par Mendl et al. 2010.      

Il a été utilisé pour cette étude la méthode de la tâche spatiale de Mendl et al. ( 2010), (les animaux sont entraînés à atteindre la nourriture à un endroit et pas un autre, afin de déterminer si les animaux réagissent différemment à des stimuli ambigus de localisation spatiale intermédiaire et l'incidence positive ou négative de leurs états émotionnels), avec quelques modifications Comme dans l'étude de Mendl et al. étude, les chiens ont été formés à faire la différence entre un emplacement positif (P, renforcé par une récompense alimentaire) et un emplacement négative (N, pas de nourriture). L'emplacement positif était attribué au hasard sur le côté droit, pour la moitié des sujets, ou sur le côté gauche pour l'autre moitié

Pour chaque essai, le chien était tenu par son collier à une distance de 3 m de l'emplacement N et P, soit par le propriétaire ou les yeux bandés par un expérimentateur (quand le propriétaire était absent) assis sur une chaise.

L'absence des propriétaires à court terme n'a pas induit de résultat négatif dans les prises de décisions de l'échantillon de chiens de compagnie. Même si l'accoutumance à l'absence des propriétaires de façon brève au cours de la formation à peut conduire à une diminution progressive des effets de cette anxiété
L'absence des propriétaires, ici inférieur à une demi-heure pourrait refléter une limite de sensibilité des tests et des résultats. Dans cette étude, comme dans d'autres avant, le renforçateur négatif était simplement l'absence de nourriture, ce qui pourrait être interprété comme un élément neutre plutôt que comme un stimulus aversif.

Les différences individuelles marquées sont apparues dans les réponses aux stimuli ambigus. Alors que seuls quelques individus dévient clairement d'une réponse intermédiaire au stimulus du milieu (présentant un effet positif ou un biais négatif), deux types de réponses distinctes aux stimuli ambigus sont devenus apparents: environ la moitié des sujets ont montré une augmentation continue de la latence de réponse à la proximité de l'emplacement positif vers le milieu et près du négatif, l'autre moitié a montré une latence de réponse très similaire à deux endroits voisins.

Ses différents schémas de réponse peuvent être attribuables à des différences de personnalité.

En résumé, l'étude a révélé que la séparation de son propriétaire brève n'a aucun effet décelable cognitif chez les chiens quand il est confronté à un test de jugement couramment utilisé. En d'autre termes, et pour ceux qui en doutaient encore le chien n'a d'une part absolument pas besoin de nous pour prendre des décisions, évaluer des situations... et d'autre part quand nous avons une incidence elle s'avère plus négative que positive.

Source : Corsin A. Müller, Stefanie Riemer, Claudia M. Rosam , Julia Schößwender, rang Friederike et Ludwig Huber
Département de biologie cognitive, Université de Vienne, Messerli Research Institute, Université de médecine vétérinaire de Vienne, Université médicale de Vienne, Université de Vienne. Lab chien intelligent.



Thèmes

dressage de chien a nieul/mer