Comment les chiens retrouvent-ils le chemin de leur foyer

Comment un chien peut retrouver son chemin ?

Parce que les chiens ont évolué comme des animaux domestiqués, ils ne peuvent plus survivre seule. Le chien trop dépendant de l'homme pour sa survie possède toujours cette fabuleuse capacité à se repérer dans l'espace. Atavisme qu'il partage avec les oiseaux, même s'ils s'avèrent beaucoup plus performants, qui le rend capable de retourner à son habitation alors qu'il se retrouve à des centaines de kilomètres.

Cette capacité s'est surement éteinte au cours de sa sociabilisation car à l'origine le chien sauvage qui chassait pour se nourrir sur de grandes distances doit forcément être dans l'obligation de retourner à sa tanière pour nourrir ses chiots ou les membres du groupe.

Le sens inné de l'orientation canin a évolué parce qu'il a aidé à s'assurer que l'espèce survit sur le long terme. Les chiens sauvages ayant le plus grand talent pour retrouver le chemin du retour auraient eu les plus grandes chances de survie. Capacités transmises de génération en génération dans le patrimoine génétique
L'utilisation par le chien de ses sens naturels, la vue, l'ouïe et l'acuité et dynamique olfactive du chien pour trouver son chemin ne peut expliquer son apparente capacité "surnaturelle" à s'orienter sur de telles grandes distances. Il existe depuis de nombreuses années bien des cas documentés de chiens qui ont voyagé des milliers de kilomètres pour retourner à leur maison et retrouver leurs proches.

Le biologiste britannique Rupert Sheldrake, a compilé une base de données d'histoires de la sorte, dont 60 chiens qui ont retrouvé leurs chemins. Dans la plupart des cas l'animal a été transporté de son domicile à un endroit inconnu sans avoir l'opportunité d'apprendre les odeurs ou les lieux en cours de route, et généralement il a suivi un itinéraire inconnu.

Dans les expériences menées par lui-même ou d'autres, la distance est habituellement beaucoup plus réduite, de l'ordre de quelques kilomètres. Tous les chiens sont dotés de cette capacité, mais certains chiens, abandonnés à leur sort s'il ne trouve pas de solution, d'indication ou d'information pouvant les amener à un début de piste se jette sur la porte la plus proche ou celle qui veut bien ouvrir avec un regard désespéré.

Le chien avec son odorat très performant qui lui permet de capter des informations olfactives de très nombreux jours après le passage d'une odeur connue. Combinés avec une ouïe très fine, sont des alliés utiles quand il s'agit de trouver le chemin du retour. Un chien peut, par exemple, être guidé par le bruit d'un son de clocher, les senteurs du charcutier...

Ils observent leurs environnements et les mémorisent. Les repères tels que des arbres, des champs, ou même un voisin accueillant. De même manière, la première chose à faire quand un chien disparaît est de faire en sorte de rester sur place pendant un certain laps de temps, afin que le chien puisse revenir à son point de départ.

Même s'il s'éloigne pour diverses raisons, ne serait-il donc pas capable de cartographier son environnement en "quasi-permanence" ? Quand il s'agit de chien de ville, la cartographie en est d'autant plus facile, car la multiplicité des points de repère visuels (rues, avenues...) ou olfactif lui facilite grandement la tâche.

Rupert Sheldrake part du principe que les oiseaux naviguent par un mécanisme unique, mais il semblerait plus probable qu'ils ont une multiplicité de moyens à leurs dispositions afin de trouver leur chemin et se rabattre sur le plan B si le plan A ne fonctionne pas. De même, la capacité du chien pour trouver son chemin vers son foyer ne semble pas du tout miraculeuse. Les recherches de Rupert Sheldrake, dans lequel il a laissé un chien à plusieurs kilomètres de la maison, puis l'a suivi de son emplacement en utilisant un système de positionnement par satellite, suggèrent que le chien juste a erré jusqu'à ce qu'il trouve un repère familier et ainsi de suite.



Thèmes

dressage de chien lagord larochelle