Les limites de l'apprentissage canin

Quelles sont les limites de l'apprentissage canin ?

Il est encore très difficile de déterminer exactement quelles sont les limites de l'apprentissage du chien, et les données récentes de repousse les limites au-delà de ce qui nous semblait possible avant. Ricco ou Chaser, la border collie aux 1022 mots, appartenant au psychologue à la retraite John Pilley, ont démontré que nous en étions qu'aux balbutiements de la découverte de ses réelles capacités d'apprentissage.

Le vocabulaire de Chaser est d'environ 1022 mots, ce qui serait l'équivalent de ce que nous pourrions attendre d'un enfant de trois ans. Non seulement Chaser peut comprendre des mots simples, mais aussi des concepts et des catégories comme "boule", qui peut inclure un certain nombre d'éléments de différentes tailles, textures et couleur (malgré ses limites au niveau de la reconnaissance des couleurs). Les compétences de Chaser ont nécessité plusieurs heures d'entrainement quotidien, donc beaucoup d'heures de formation. Un enfant d'âgé de trois ans ne s'entraine-t-il pas toute la journée pour atteindre ce niveau de compétence nécessaire à la compréhension de cette quantité de codes verbaux ? À cause ou en raison de ce paramètre de durée de formation. Une partie de la communauté scientifique pense qu'il est peu probable que sa recherche de repousser les limites de ce qu'un chien peut-être formé pour comprendre des mots puisse évoluer.


Les facteurs qui ne sont pas pris en compte dans ce genre de raisonnement, sont que les scientifiques qui élaborent ces protocoles et ces études ne sont pas non plus des personnes aguerries dans "comment apprendre quelque chose à un chien", le plus clairement possible et de façon la plus motivante.

Culturellement le monde scientifique maintiens en marge les personnes compétente en la matière.
 
L'idée que les capacités d'apprentissage d'un chien se rapprochent de celle d'un enfant de deux à trois ans, doit être comprise dans un certain ensemble de limites. Les chiens sont plus athlétiques et physiquement accomplis qu'un enfant du même âge. Et donc ne consacrent des capacités à apprendre à sauter ou d'autres activités physiques que l'enfant ne peut faire vu son développement physique. Même si le concept de sauter est compréhensible par l'enfant.

D'autre part l'enfant a forcément de meilleures capacités de manipulation que le chien. Certaines tâches qui dépendent des capacités sensorielles, peuvent causer des difficultés d'apprentissage au chien. Comme apprendre des choses en discriminant des couleurs. Ou inversement il va s'avérer évidemment inapproprié, voire impossible pour l'enfant d'apprendre des tâches basées sur la discrimination d'odeur.

Il est important de limiter à ce jour, à deux mondes bien distincts, les conclusions à les aptitudes mentales et intellectuelles du chien. Car en matière de conscience sociale, avec leur intérêt pour le sexe et le classement dans un groupe social, le chien est plus considérable comme un adolescent, dans son fonctionnement intellectuel.



Thèmes

Chien agility ciré d'aunis