Assurance santé animale: trouver un bon contrat pour son chien


Grâce aux progrès constants de la médecine vétérinaire, il est désormais possible de prévenir ou de guérir de nombreuses maladies. Il n’en reste pas moins que les frais vétérinaires peuvent rapidement être élevés. La solution ? Souscrire une assurance santé animale. Comment trouver un bon contrat pour son chien ?

Assurer son chien le plus tôt possible, sans attendre qu’il ne soit trop tard (dépassement de la limite d’âge) ou bien qu’un accident ou une maladie ne survienne, permet de faire face sereinement à tout imprévu. Et de consulter le vétérinaire au moindre doute, sans se soucier des frais pouvant en résulter.
Assurer son chien relève d’une démarche volontaire. Le problème est que les offres sont de plus en plus nombreuses et qu’il peut être parfois difficile de s’y retrouver.

Les animaux ne son pas tous égaux face à la maladie

 Choisir une bonne formule d’assurance santé animale pour son chien se fait en fonction du budget que l’on souhaite – ou peut – y consacrer. Mais aussi en fonction de la race ou du type de chien à assurer.
L’accident est un fait imprévisible, qui peut un jour ou l’autre concerné n’importe quel chien, quel que soit son âge. Si la maladie recèle également une part d’incertitude, il n’en demeure pas moins que certaines races ou types de chiens sont plus sensibles que d’autres et peuvent présenter des prédispositions : problèmes musculaires, cutanés, cardiaques, respiratoires, rénaux…
Des affections qui nécessiteront très souvent un traitement à vie dont le coût - tout comme certaines interventions chirurgicales ou certaines pathologies spécifiques, voire chroniques – peut rapidement être très onéreux.
Le maître pourra choisir un taux de remboursement plus ou moins élevé (jusqu’à 100% de remboursement des frais vétérinaires). Le plafond – qui correspond à la somme maximum qui sera remboursée chaque année – sera lui aussi fonction de la formule choisie.
 

Montant des primes : la question des tarifs

Concernant le montant des primes, le plus intéressant est lorsque celui-ci est calculé non pas en fonction de l’âge de l’animal, mais bien de la race ou type auquel il appartient. S’il existe des offres pouvant sembler alléchantes car proposant des primes peu élevées, il faut garder à l’esprit qu’elles sont de loin les moins intéressantes financièrement. Une prime peu élevée est synonyme de remboursements peu élevés.

Assurance santé animale : une couverture contre les accidents mais aussi la maladie

De même une assurance qui ne couvre que les accidents ou que les maladies n’a pas grand intérêt. Les accidents ne représentent en moyenne que quelque 20% des motifs de consultations. L’idéal est donc de privilégier les formules couvrant au maximum les risques encourus par les animaux.

Assurance santé animale : ce qu’il faut prendre en compte

Le choix d’une bonne assurance santé animale impose de bien se renseigner avant de s’engager.
Une bonne assurance santé animale ne doit pas exiger par exemple un examen médical de l’animal au préalable. Elle doit permettre de pouvoir consulter le vétérinaire de son choix, tant en France qu’à l’étranger. Lors de consultations « classiques », mais aussi en urgence et avec une offre de spécialisations vétérinaires la plus variée (aromathérapie, acupuncture, homéopathie, comportementaliste, etc.).
Sont à prendre en compte également les délais de carence, le montant de la franchise et savoir si celle-ci est facturée une fois l’an, à l’acte ou bien par pathologie. Ou encore les exclusions, les actes de prévention
Enfin, une bonne assurance santé animale est celle qui assurera le chien tout au long de sa vie, sous réserve du paiement des primes, sans changements dans le contrat (pas de baisse du plafond, d’augmentation de la franchise, etc.).


Les avantages des formules de SantéVet

Un tarif calculé non pas selon l’âge du chien, mais de sa race ou de son type.
Pas de bilan de santé préalable.
Une couverture de 50 à 100% des frais vétérinaires en cas d’accident, de maladie et de chirurgie.
La possibilité de consulter le vétérinaire de son choix, en France et à l’étranger.
Un forfait prévention (jusqu’à 100 € renouvelés chaque année) et que le maître peut utiliser à sa guise chez le vétérinaire ; un forfait alimentation thérapeutique (jusqu’à 200 € par an selon la race du chien dans la formule Optimal).
Une prise en charge des médecines douces et manuelles chez les vétérinaires. Et un remboursement des traitements à visée curative délivrables sans ordonnance.
Une prise en charge de la dysplasie de la hanche chez le chien, sous conditions.
Des garanties maintenues tout au long de la vie…

 
www.santevet.com

25/0715

>>> Le chien de nos jours

  > Le chien trop dépendant de l'homme
  > Collier sanitaire pour chien, l'hypocrisie.
  > L'importance des chiens dans la société
  > Le marché de l'alimentation des chiens et chats
  > Un chien transporte l'oxygène pour que sa petite maîtresse respire
  > Apathie des spectateurs dans le cadre de violence animale
  > Un Rottweiller tue un caniche et mord sa maîtresse
  > L'anthropocentrisme et le chien
  > Conséquences de la consanguinité du chien de race
  > Notre monde le chien
  > Interdiction aux chiens d’aboyer
  > Sacrifice rituel de chien en Bulgarie
  > Les devoirs du vétérinaire... sur le marché du chien et du chat
  > Le chien trop dépendant de l'homme
  > Protection animal en France
  > Royal Canin, Hill's et Pro Plan condamner
  > Pourquoi vacciner mon chien ?
  > 1700 km à suivre des cyclistes...pour être adopter
  > La souffrance du chien au quotidien
  > Déclaration de conscience des animaux
  > Éducation chien
  > Loi sur les chiens dangereux
  > Collier de dressage pour chien
  > Pourquoi l'homme frappe son chien
  > Le chien et l'homme ont une zone de leur cerveau dédiés à la voix
  > L'urine du chien pourquoi ne pas nettoyer avec de la javel
  > Assurance santé animale: trouver un bon contrat pour son chien



Dernière mise à jour

31/03/2016

- Salons du chiot: le scandale de l'achat émotionnel

31/03/2016

- Le journal d'un chien

31/03/2016

- Les Philippines exterminent 500 000 chiens par ans

31/03/2016

- Chien : faut-il le vacciner contre la rage ? (3)

31/03/2016

- Agression d'une fillette par un bull-terrier.

X Fermer