Fonction des phéromones du chien


Communication chez le chien


Des progrès considérables ont été réalisés dans la compréhension des effets profonds des phéromones sur la physiologie de la reproduction, la communication et le comportement du chien.  

La phéromone terme basé sur le grec "pherein" (pour transférer ou transporter) et "hormone" (pour exciter ou stimuler), a été introduit en 1959 par le bio-chimiste  Peter Karlson et l'entomologiste Martin Lüscher pour identifier des substances biologiquement actives qui sont sécrétées à l'extérieur par un individu et reçu par un second individu de la même espèce, dans laquelle ils libèrent une réaction spécifique, un comportement déterminé ou un processus de développement.

Certaines de ces substances chimiques sont destinés à être perçue par d'autres chiens à de grandes distances comme elles sont légères et faciles à transporter par le vent. D'autres substances sont plus lourdes et ne sont donc pas volatile. Elles sont déposés dans des zones désignées où d'autres chiens peuvent les détecter sur leurs passage.
L'utilisation de phéromones élève donc la communication entre chiens à un autre niveau beaucoup plus fin que la communication par les postures ou les signaux vocaux.

 Ces molécules de signalisation, souvent sans parenté chimique, sont contenus dans les fluides corporels comme l'urine, la sueur, les glandes exocrines spécialisés, et les sécrétions des muqueuses des organes génitaux. La vue standard de la phéromone de détection est basée sur l'hypothèse que la plupart des mammifères ont deux systèmes olfactifs séparées avec des rôles fonctionnels différents: le système olfactif principal pour reconnaître les molécules odorantes conventionnels et le système voméro-nasal spécifiquement dédié à la détection des phéromones.

La production de phéromones conduit à la reconnaissance individuelle et suscitent des réactions comportementales à court temps de latence dans une même espèce, comme dans des attaques agressives, la saillie, ou le marquage de territoire.

 

Inversement, les phéromones d'amorce induisent des réponses tardives qui sont couramment utilisé par l'activation du système neuro-endocrinien. Ainsi, grâce à l'émission de signaux chimiques, un individu force l'équilibre hormonal d'un récepteur, modulant ainsi son statut de reproduction (régulation des chaleurs entre deux femelles). Dans le même type de sécrétion, il y a la réaction flehmen, les animaux, après que le contact physique avec un congénère ou avec des senteurs émanant de ses excréments (urine ou les selles), il soulève la tête, recule les lèvres, et pousse la langue vers la région antérieure du palais d'une manière qui les fait apparaître comme grimaçant. Il est communément admis que cette attitude permettrait un transfert plus rapide des phéromones vers l'organe voméro-nasal, appelé également organe de Jacobson.

- Glandes sébacées

Bien que ces glandes sont présentes chez tous les chiens, ils sont particulièrement connues pour sécréter des phéromones chez les chiennes en lactation. Les phéromones produites dans ce cas sont des phéromones apaisantes. Leurs principale fonction est de rassurer les chiots et leur permettre de s'attacher à la mère. Certaines de ces glandes se trouvent également à proximité des poils responsable de l'horripilation. En effet, quand un chien soulève ses poils du cou pour signaler la peur ou le stress, il émet également des phéromones de danger.

- Glandes cérumineuses

Ce sont des glandes situées dans la partie interne du pavillon de l'oreille d'un chien. Les types de phéromones produites sont des phéromones d'apaisement. Ils sont généralement émis par des chiens positionner haut dans une hiérarchie de groupe de canidé. Ce qui explique pourquoi les chiens soumis sont vu souvent en train de renifler et lécher les oreilles. Cela explique aussi pourquoi beaucoup de chiens essayant de s'affirmer avec une posture avec les oreilles dressées, presque comme si ils essayaient de diffuser autant que possible  ces phéromones.

- Glandes péri-orale

Ce sont des glandes situées dans la zone du visage du chien sur le menton, les lèvres, les joues et à proximité des moustaches. C'est ce qui explique pourquoi les chiens sont souvent intéressés par les zones du visage d'autres chiens et les gens par réflexe.

- Glandes Pré-caudale

Ce sont des glandes situées à la base de la queue d'un chien. Les phéromones sexuelles, d'identité et territoriales sont libérées par ces glandes. En remuant la queue le chien propage ces phéromones autour, fournissant des informations importantes pour les autres chiens. Un chien asocial ou un chien craintif ne seront pas enclins à vouloir diffuser ces phéromones, et donc garderont la queue rentré entre les pattes.

- Glandes anales

Ces glandes situées autour de l'anus sont connus pour produire des informations importantes entre les chiens. Une certaine quantité de ces phéromones sont libérées lors de la défécation. Ce qui explique pourquoi les chiens sont si intéressés à renifler les selles des autres chiens.

- Glandes eccrines

Ces glandes se trouvent dans les coussinets des pattes du chien et entre les orteils. Elles sont destinés à libérer les phéromones associées à la territorialité. On voit très souvent des chiens qui grattent de façon effrénée avec leurs pattes de derrière, après avoir uriner. En faisant ceci, ils répandent les phéromones pour marquer leur territoire.

Bien que l'homme commence à comprendre le rôle du chevauchement des principaux systèmes olfactifs et voméro-nasal pour la détection des phéromones, il y a maintenant de très nombreuses preuves que le système olfactif principal est impliqué dans une variété de mécanismes physiologiques sous-jacents importants dans la communication phéromonale. Le chien communique énormément par l'intermédiaire de l'olfaction.

Cette communication chimique en est probablement le principal moyen de communication.
Mais il faut quand même noter qu'une partie des principales voies centrales olfactives semblent converger dans les régions qui contrôlent la sexualité et le statut de l'individu.


Source: Roberto Tirindelli, Michele Dibattista , Simone Pifferi , Anna Menini Department of Neuroscience, Université de Parme, Parme, et l'école internationale d'études avancées, Scuola Internazionale Superiore di Studi Avanzati (SISSA) et l'Institut Italien de Technologie, Unité SISSA, Trieste, Italie

Bruce Fogle, l'esprit du chien, 1990 Pelham Books


>>> Communication

 > Marquage urinaire du chien
 > Le sourire du chien
 > Communication non verbal entre l'homme et le chien
 > Communication chimique chez le chien
 > Pourquoi les chiens nous aiment-ils ?
 > Le chien et l'envie de mordre
 > Le pelage du chien
 > Le chien ce parfait inconnu
 > Aboiement vocalisation du chien
 > Le chien peut déterminer la taille d'un congénère en écoutant son grognement
 > Chien de race: pointer une direction
 > Le chien et le miroir d'auto-reconnaissance
 > A quoi servent les moustaches du chien
 > Le langage du corps humain induit en erreur le chien
 > L'attachement du chien
 > Les 3 façons de communiquer du chien
 > Acuité visuel du chien
 > Chien, hasard et communication
 > L'odorat du chien
 > Fonction des phéromones du chien
 > Choisir une muselière pour son chien
 > Ordres de base du chien
 > Mon chien ne me regarde pas dans les yeux
 > Aboiement du chien: un traducteur ?
 > Discrimination visuelle des espèces du chien
 > Les bâillements sont contagieux aussi chez les chiens
 > Le chien peut reconnaître des visages familiers à partir d'image
 > La proxémie chez le chien
 > Comportements latéralisés chez le chien
 > Le chien peut lire les signaux d'invitation au jeu donnés par les humains ?



Dernière mise à jour

31/03/2016

- Les marques d'alimentations chiens et chats comprenant des ogm

31/03/2016

- Chien de race ou chien d'espèce ?

31/03/2016

- Les chiens de Fukushima Dai-ichilors

31/03/2016

- Vaccination du chien

31/03/2016

- Idées reçus sur la soumission chez le chien

X Fermer